Site internet de Halakha et de santé féminine de NishmatIn memory of Chaya Mirel bat R' Avraham

  • Hebrew
  • English
  • Espnaol
  • Francais
Menu

La mer, ce mikveh.

La mer, ce mikveh.

 

Marcher pieds nus le long des vagues pendant que les derniers reflets du soleil dansent à l’horizon, s’émerveiller du va et vient ininterrompu de l’eau, admirer la grandeur de l’océan à perte de vue… Voilà qui est très romantique…

Voir à l’horizon la mer se joindre au ciel, y porter ses yeux et se rappeler du Créateur du monde, qui a mis à notre disposition le plus grand mikveh du monde : la mer.

S’il est en général logistiquement plus aisé de faire sa tevila dans un mikveh  « en dur », où l’on à  sa disposition non seulement une salle de bain avec tout le nécessaire pour se préparer tranquillement mais aussi un bassin où l’eau est chauffée, vérifiée et changée régulièrement, ceci n’est pas toujours possible.

Il peut en effet arriver que le soir de la tevilah arrive alors que nous sommes à de nombreuses heures de route du mikveh le plus proche. Il peut s’agir d’une occasion ponctuelle (en vacances par exemple) ou plus permanente (habitation éloignée de tout mikveh).

Dans ces cas, si la mer (ou autre source d’eau) est proche, s’y tremper est la solution évidente, mais certaines conditions doivent absolument être prises en considération.

Tevila à la mer – mode d’emploi

Tout d’abord, vous devrez être certaine que le lieu choisi peut effectivement faire office de mikveh cacher. S’il s’agit d’une rivière ou d’un lac par exemple, il faudra vérifier avec une Yoetzet Halakha ou un Rabbin que les conditions requises pour que l’étendue d’eau soit considérée comme un mikveh sont réunies. S’il s’agit de la mer, il est important que le sol de la mer ne soit pas boueux ni ne puisse accrocher aux pieds de manière tenace[1].

Vous devrez également vous assurer qu’il soit possible de vous immerger hors de la vue des passants[2], que le lieu ne soit pas dangereux et que vous n’ayez pas peur de rentrer dans l’eau. Si l’une de ces conditions n’est pas remplie, la tevila risque d’être précipitée, voire bâclée et pourrait ne pas être valide.

Il lui faudra aussi trouver une balanit – une personne pouvant vérifier que la tevilah est cacher, c’est-à-dire que toutes les parties du corps, y compris les cheveux, aient été submergées dans l’eau. Toute femme juive de plus de 12 ans et un jour peut  assurer ce rôle[3]. Il faudra évidemment que la balanit soit capable de bien voir l’immersion. Si aucune femme n’est disponible, votre mari pourra remplir ce rôle puisque dès que vous vous serez immergée, tous les interdits de niddah seront levés.

Afin de pouvoir s’immerger en une fois selon la halakha, il est nécessaire que l’eau arrive assez haut. Il est donc recommandé que l’eau monte à environ 25cm au-dessus du nombril[4], ce qui vous permettra de vous immerger sans avoir à faire des plis de corps trop prononcés (si le corps est trop crispé, s’il y a trop de plis, il est alors possible que l’eau ne touche pas toutes les parties du corps en une seule fois, ce qui invaliderait l’immersion).

Si la balanit rencontre des difficultés à inspecter correctement l’immersion (elle ne peut pas entrer dans la mer avec vous ou ne dispose pas de lampe pouvant éclairer), il sera tout de même possible de faire la tevila : dans ce cas, il faudra regrouper votre chevelure sous un un filet en mailles[5]. Ainsi nous pourrons être certains qu’aucun cheveu n’a flotté à la surface durant la tevila.

Comme pour une tevila dans un mikveh, rien ne doit faire obstruction entre le corps et l’eau. Par conséquent, il ne sera pas possible de se tremper en maillot de bain ou vêtue d’un autre vêtement près du corps. En revanche il est permis de mettre une robe ample afin de pouvoir entrer l’eau en toute pudeur, puis de l’enlever juste avant la tevila, ou même de se tremper avec, en veillant à ce qu’elle soit ne soit pas collée au corps[6].

Juste avant l’immersion, vous penserez à passer vos mains sur votre corps afin d’ôter toute particule étrangère qui aurait pu se coller durant sa marche de la plage à l’endroit où elle s’immergera (sable, algues etc., en prêtant une attention particulière aux orteils)

Le reste de l’immersion se passe comme au mikveh.

S’il existe un risque de se tremper de nuit, qu’il n’y pas d’endroit discret ou que la femme a peur, il est possible de se tremper le lendemain à l’aube. Dans la mesure du possible, la tevila se fera alors avant l’heure de alot hacha’har (ce site vous permet de trouver l’heure exacte, où que vous soyez). Si le risque ou la peur de la femme sont toujours présents à cette heure-ci, la tevila pourra se faire un peu plus tard, tant que ceci est fait à l’abri des regards.

Retrouver son état de pureté dans l’immensité de la mer, le mikveh créé par D.ieu le troisième jour de la création, peut être une très belle expérience spirituelle, si la mitsva est respectée de façon optimale.

 

Pour toute question supplémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

 

 

 

[1] C.A. Y.D. 198, 33

[2] C.A. Y.D. 198, 34

[3] C.A. Y.D. 198, 40

[4] C.A. Y.D. 198, 36

[5] C.A. Y.D 198, 40

[6] C.A. Y.D 198, 46 et Cha’h 56 dessus

Pour les usagers de filtres internet : Ce site traite de sujets sensibles que certains services filtrent sans indication visuelle. Une page apparaissant comme étant 100% complète pourrait manquer des informations halakhiques ou médicales critiques. Afin d’être certaine de voir tout le contenu de la page, veuillez indiquer à votre service de ne pas filtrer toutes page sous le titre yoatzot.org.
Toute information de santé ou relative à la santé émanant du site internet de Nishmat pour la Santé Féminine et la Halakha est destinée à être indicative et ne doit pas être utilisée comme substitut à une consultation chez votre  professionnel de la santé. Les avis exprimés ont pour but de donner une base de données afin de permettre aux individuels de pouvoir discuter de leur condition médicale avec leur médecin et ne sont pas à prendre comme recommandations individuelles. Bien que tous les efforts soient déployés afin que tout le matériel contenu sur le site internet de Nishmat pour la Santé Féminine et la Halakha soit exact et à jour, celui-ci est présent pour la commodité de l’utilisateur et se saurait être considéré comme officiel. Toute recommandation médicale doit être obtenue par le biais d’un professionnel de la santé reconnu.